Réseau Entreprendre Limousin
Ester Technopole
LIMOGES CEDEX 87069 France
Tél.05.55.35.01.68
Réseau Entreprendre Limousin
45.8610633, 1.2890749000000596
Retour aux actualités >>

07/04/2016

EVEHA : nos premiers lauréats Croissance en Limousin

Les fouilles archéologiques comme moteur économique

La société Eveha est un des leaders français de la recherche archéologique. Après dix ans d'existence, elle va bénéficier d'un nouvel accompagnement de Réseau entreprendre.

Pour les créateurs d'Études et valorisation archéologiques, alias Eveha, l'accompagnement par Réseau entreprendre n'est pas une découverte : Jérôme Monteil et Julien Denis ont déjà bénéficié de l'expertise du réseau de chefs d'entreprise en 2006, pour créer leur société. « Nous voulions être accompagnés par des entrepreneurs pour se faire guider, même si Julien connaissait bien le secteur de l'archéologie et moi l'économie, l'accompagnement permet d'éviter de mettre le pied dans certaines embûches que nous n'aurions pas vu venir. Il permet aussi d'affermir les certitudes et nous a permis d'avancer plus vite et plus fort. Il y avait également un intérêt financier qui n'est pas négligeable, la caution Réseau entreprendre permet d'aller chercher plus d'argent auprès des banques. Pour nous, c'était clairement un mix des deux », souligne avec le recul Jérôme Monteil, directeur financier et administratif d'Eveha.

La société spécialisée dans l'archéologie s'est implantée à Limoges en 2006. « Julien avait des envies d'indépendance dans le secteur, il est donc venu me chercher. Nous nous connaissions car nous étions amis de longue date », se souvient le co-créateur.

Un marché ouvert il y a quinze ans

« On s'est lancés dans ce projet après avoir considéré les capacités de débouchés et nos atouts », détaille Jérôme Monteil. La connaissance importante du secteur de Julien Denis, actuel directeur technique, a permis aux deux comparses de rapidement se rendre compte des opportunités de développement. « Le secteur de l'archéologie était nouvellement ouvert à la concurrence, d'une part, et les modalités de prescription des fouilles ont changé au début des années 2000, d'autre part. Nous sommes passés d'un système dit de sauvetage à un système dit préventif », explique le directeur financier.

Les fouilles s'effectue donc désormais en amont des chantiers, ce qui permet de ne pas stopper des travaux en cours, et surtout, de ne pas détruire d'importantes découvertes historiques si un entrepreneur peu scrupuleux ne daigne pas les signaler, ce qui arrivait fréquemment auparavant, malgré la réglementation. Cette nouvelle façon d'appréhender l'archéologie a entraîné une montée en charge et, par là même, une ouverture pour des sociétés privées.

Eveha s'est donc lancée sur ce créneau de recherches archéologiques préventives, somme toute assez rares : « De mémoire, il doit y avoir 2% des projets d'aménagement qui sont touchés par un diagnostic (sorte de pré-fouille, ndlr) et un diagnostic sur huit est prescrit d'une fouille donc on arrive à 0,25% des projets d'aménagements concernés. » Sachant que le diagnostic est un monopole public, Eveha n'est donc agréée qu'à partir des fouilles préventives, qui représentent 80% de l'activité de la société.

Déjà quatorze agences régionales

Les 20% restants concernent une activité d'archéologie programmée. « L'image d'Épinal que les gens ont de l'archéologie. Ce sont des fouilles dans des zones dites protégées. Une économie complètement différente de l'archéologie préventive où nous sommes sur des zones menacées de destruction. Pas très loin d'ici, par exemple, on a le château de Chalucet ou, à Limoges, les vestiges de l'abbaye Saint-Martial, place de la République, que la ville souhaite valoriser », précise Jérôme Monteil.

Depuis 2006, le duo d'entrepreneurs n'a pas chômé et a creusé son sillon avec succès. Eveha compte aujourd'hui deux cent cinquante employés, dont 80% d'archéologues, répartis dans les quatorze agences régionales disséminées sur le territoire (douze dans l'Hexagone et deux dans les territoires d'outre-mer). Ce qui en fait la plus grosse entreprise privée du secteur, représentant 8% du marché total des fouilles françaises. En outre, « depuis nos débuts, nous avons envoyé du monde sur des missions de coopération à l'international, pour prendre partie dans les réseaux sur tous les continents », explique le directeur administratif. Une stratégie qui a porté ses fruits puisqu'Eveha connaît aujourd'hui « les premiers développements, relativement encourageants » de cette politique au Maghreb, au Moyen-Orient ou en Amérique du sud. « On fonde beaucoup d'espoirs dans ce domaine car il y a peu de concurrence privée en face. »

À l'heure actuelle, si les dirigeants d'Eveha font de nouveau appel au Réseau entreprendre, c'est « parce que nous sommes à un tournant de notre développement », selon Jérome Monteil. « Comme ça s'était bien passé et que nous avons bien progressé, avec en plus des perspectives en cours de croissance, nous nous sommes dit qu'il serait bon d'y retourner pour appréhender la gestion à une autre échelle. » Car en continuant sur sa lancée, Eveha devrait voir ses effectifs grimper jusqu'à huit cents employés d'ici cinq ans !

Réseau entreprendre, deuxième round !

« Même si on a peut-être moins de choses à prouver que lors de la création, le fait que des chefs d'entreprises expérimentés nous accompagnent rassure les banques, d'autant plus quand on bénéficie d'un prêt de développement ''Croissance'' de la BPI. » Les dirigeants d'Eveha seront ainsi les premiers lauréats « Croissance » de Réseau entreprendre Limousin.

Et malgré leur statut d'entrepreneurs désormais rompus à l'exercice de l'entreprise, Jérôme Monteil semble rassuré de bénéficier d'un nouvel accompagnement : « On cherche des appuis, notamment de personnes qui ont du recul sur le développement rapide, sur la gestion du personnel ou sur le développement à l'international. Nous avons la tête dans le guidon et peut-être que des lignes prises à une époque sont à remettre en question aujourd'hui. Des entrepreneurs aguerris peuvent donc nous aider sur du conseil stratégique car il y aura des décisions importantes à prendre dans notre futur développement. »

Une nouvelle aventure également synonyme de déménagement qui« nous permettra de regrouper l'ensemble des personnels de la région, ce qui n'était plus le cas ». Pour gagner en efficience, les quatre sites vont donc être regroupés en un au sein de la technopole limougeaude ESTER. Un nouveau départ qui s'avère être une poursuite logique de la croissance fulgurante de la société Eveha.