Réseau Entreprendre Limousin
Ester Technopole
LIMOGES CEDEX 87069 France
Tél.05.55.35.01.68
Réseau Entreprendre Limousin
45.8610633, 1.2890749000000596
Retour aux actualités >>

10/02/2016

Félicitations à Jean-Baptiste PEJOINE, lauréat 2015 qui donne forme aux métaux.

I3D Concept donne forme aux métaux

La jeune société I3D Concept, basée à Donzenac, est spécialisée dans un secteur novateur, celui de la fabrication additive métallique.

Désormais, tout le monde connaît l'impression tridimensionnelle, qui s'est démocratisée depuis quelques années, jusqu'à atteindre les foyers de (certains) particuliers, encore faut-il en avoir les moyens. Le plastique étant le matériau le plus connu avec lequel cette technologie est utilisée.

La société dirigée par Jean-Baptiste Pejoine s'est elle lancée sur un marché beaucoup plus jeune, celui de l'impression 3D métallique, « une technologie qui a moins de dix ans ».

« J'ai cherché des industriels pour m'accompagner dans ce projet et avoir la possibilité d'offrir un panel plus large que la simple impression de pièces en 3D », explique le Briviste qui n'a rien à voir avec son homonyme rugbyman au CABCL.

Une technologie de rupture

Une société à responsabilité limitée est alors créée, il y a six mois, avec cinq actionnaires : trois industriels, Danielson Engineering à Magny-Cours, Nicolaïe MTP à Toulouse et M-Tecks, à Donzenac. C'est dans les locaux de cette dernière que Jean-Baptiste Pejoine et Amaury Chavanon, le responsable production, sont d'ailleurs hébergés. Les deux compères étant les deux autres actionnaires d'I3D Concept. « C'est du gagnant-gagnant car cela nous a permis d'être plus structurés et pour eux, c'est une corde supplémentaire ajoutée à leur arc. »

Pour Jean-Baptiste Péjoine, la fabrication additive métallique est une technologie qui permet de « lever les barrières technologiques de manière conséquente » en donnant naissance à des formes inimaginables jusqu'à aujourd'hui avec l'usinage classique. C'est donc définitivement, comme le souligne le président d'I3D Concept, « une technologie de rupture » qui crée de la matière, ce qui va donc à l'inverse des techniques habituelles.

« Notre structure est capable de gérer de la feuille blanche à la finition et la livraison de la pièce. Nous maîtrisons toute la chaîne de valeur. » Ainsi, après que le fichier 3D a été conçu, « l'imprimante » entre en action. C'est la technologie de la fusion laser sur lit de poudre, la plus répandue, qui est utilisée chez I3D Concept. Un plateau est installé dans la machine puis une couche de poudre y est étalée. Couche de poudre sur laquelle le faisceau laser va dessiner la pièce en faisant fondre la poudre qui se solidifie quasiment instantanément. « Une couche fait cinquante microns, quelque chose comme deux fois moins qu'un cheveu. L'opération est donc réitérée des centaines et des milliers de fois pour obtenir la troisième dimension. »

Une technologie qui a tout pour plaire

Le plateau, plongé dans la poudre, est alors remonté « et ensuite, on fait de l'archéologie », sourit l'entrepreneur. Avec pinceaux et spatules, il faut faire émerger la pièce en enlevant toute la poudre en surplus. « Et c'est un procédé environnemental, car on ne jette que 10 % de déchets. Tout le reste de la poudre est réutilisé. De plus, on n'émet pas de gaz à effet de serre, car c'est l'argon, un gaz neutre, qui est utilisé. »

Une technologie complémentaire des autres, car « on vient faire ce que les autres ne peuvent pas faire », précise le Briviste. Des pièces à forte valeur ajoutée ou très complexes, pour la plupart des prototypes, réalisables dans des délais courts, ce qui octroie un intérêt supplémentaire au niveau du coût. Pour ne rien gâcher, « ce procédé peut également jouer un rôle dans la relocalisation ».

Un autre avantage de cette technologie est qu'elle touche « quasiment tous les secteurs de l'industrie : outillage, automobile, aéronautique, bijouterie, industrie manufacturière ».

Réseau Entreprendre® comme « facilitateur »

La société de Jean-Baptiste Pejoine est donc pleine d'avenir, suscitant l'intérêt d'investisseurs mais aussi de Réseau Entreprendre®. « Pour pouvoir être crédible, il faut être accompagné, et le Réseau Entreprendre est une des roues de l'engrenage qui a permis de concrétiser le projet. J'avais l'appui technologique et financier, mais  Réseau Entreprendre® accompagne le porteur de projet. »

Réseau Entreprendre® apporte ainsi à l'entrepreneur, outre le prêt d'honneur de quinze mille euros reçu, « une vraie plus-value. Je suis accompagné depuis fin décembre et le suivi qu'ils proposent est très intéressant pour moi. Surtout qu'on rencontre des gens de domaines très éclectiques. Cela permet de compléter son savoir grâce à un œil extérieur ». Pour lui, le nom de réseau n'est pas usurpé, « c'est vraiment ce qu'on trouve chez eux. C'est un véritable facilitateur, aussi bien au niveau du business que dans l'aide à la création ».

Désormais, l'objectif pour I3D Concept est de « passer de la phase d'amorçage à la phase de développement » en investissant dans d'autres machines à la fin de l'année 2016 car pour le moment, une seule (500 000 euros l'unité) est en leur possession. Augmenter le personnel en passant de deux à quatre est également dans les projets de Jean-Baptiste Pejoine, avec un objectif à moyen terme (d'ici trois ans) de faire grimper l'effectif à huit employés. Un objectif qui ne devrait pas poser de difficultés dans la mesure où « nous sommes les seuls sur ce créneau dans la nouvelle grande région ».