Réseau Entreprendre Limousin
Ester Technopole
LIMOGES CEDEX 87069 France
Tél.05.55.35.01.68
Réseau Entreprendre Limousin
45.8610633, 1.2890749000000596
Retour aux actualités >>

20/06/2016

Natalia RABOISSON, première lauréate 2016 : Des douceurs franco-russes en préparation

Des douceurs franco-russes en préparation

Natalia Raboisson va bientôt débuter son activité de pâtissière sur la petite commune d'Eymoutiers, en Haute-Vienne, en bénéficiant notamment de l'aide du Réseau Entreprendre Limousin.

Dans quelques semaines, le 1er juillet plus exactement, Natalia Raboisson ouvrira sa pâtisserie en plein cœur du centre historique d'Eymoutiers. Baptisé ChouBeurrePomme, l'établissement prend la place d'une pâtisserie qui a fermé ses portes il y a quelques mois.

Une nouvelle expérience pour cette pétillante russe qui, à seulement trente-huit ans, peut déjà se revendiquer d'une solide expérience professionnelle. Née en Abkhazie, petite république séparatiste située sur le territoire géorgien, elle l'a quittée à treize ans en raison de la guerre civile pour Rostov-sur-le-Don, dans le sud-ouest de la Russie.

Natalia y effectue des études d'infirmière, « mais je n'ai jamais exercé car le salaire était misérable à cette époque. » Elle gagnait bien mieux sa vie à travailler dans les restaurants de Moscou, qu'elle a rejoint entre temps. Tour à tour serveuse, barmaid puis manager, Natalia Raboisson change de voie à la naissance de sa fille. « Les horaires de la restauration ne convenant pas vraiment à la vie familiale », elle se reconvertit alors comme commerciale dans le prêt à porter.

Puis un des plus grands changements de sa vie intervient. Elle rencontre son nouveau mari, un Français, vétérinaire à…Eymoutiers. C'est ainsi que Natalia arrive en Haute-Vienne, en 2007, et devient madame Raboisson.

La pâtisserie, une révélation

Ne parlant pas un mot de français (qu'elle maîtrise aujourd'hui parfaitement), Natalia s'occupe en premier lieu de sa fille et de la maison. Deux autres enfants suivront et au bout de quelques années, « je voulais me sentir utile et travailler à nouveau ». La trentenaire cherche ce qu'elle peut faire et « comme j'ai toujours aimé la cuisine et que ma grand-mère était pâtissière, je me suis lancée et j'ai commencé à m'entraîner chez moi.

Un premier stage de découverte chez un pâtissier lui met le pied à l'étrier et Natalia s'inscrit alors au CFA de Moulin Rabaud, à Limoges, pour une formation d'un an. Lors de ce contrat en alternance, elle a notamment l'occasion de faire un stage dans une pâtisserie réputée de Limoges, Le Baccara. Son dernier stage, Natalia l'effectue à Eymoutiers, chez Jocelyne et Patrice Thirolle. « Comme ça s'est bien passé et que l'on s'est bien entendus, ils m'ont proposé de reprendre leur fonds de commerce, vu qu'ils partaient à la retraite. »

Lors d'un stage de gestion-comptabilité, au CIFA, le centre interprofessionnel de formation d'apprentis, Natalia a entendu parler du Réseau Entreprendre. Malgré le fait que son projet de déplacer le fonds de commerce dans un restaurant de la place principale d'Eymoutiers soit tombé à l'eau, « ils m'ont quand même soutenue ». La pâtissière russe a eu « le sentiment qu'on s'occupait vraiment de moi. D'autres structures proposent des accompagnements mais à Réseau Entreprendre, on m'a vraiment aidée à monter mon dossier. Ils sont venus voir les locaux, on s'est rencontrés plusieurs fois. Ils sont impliqués. »

Son projet accepté début mai, l'apport de Réseau Entreprendre Limousin, un prêt d'honneur de 15 000 euros, va lui permettre de se procurer une tempéreuse-enrobeuse, afin de pouvoir travailler le chocolat, son pêché mignon.

Réseau Entreprendre n'a pas trop de soucis à se faire quant à la réussite de Natalia Raboisson, ses sublimes pâtisseries lui ayant permis de remporter deux concours au CFA : le premier sur le thème de la Russie, le deuxième sur le thème de la France. Une vraie binationale !

Si elle travaillera aussi le chocolat et qu'elle fera des glaces, ses pâtisseries seront basées sur les classiques français « mais travaillés de façon moderne » et elle servira bien évidemment une recette de son pays d'origine, le medovik, « un gâteau à base de miel que je vais modifier pour l'alléger ».